Vers un esprit neuf

03/01/2020

Un corps sain passe par un esprit sain.
Le corps peut en 3 semaines intégrer un changement d'habitudes. Au bout de 3 mois c'est un aquis total !

Perspective différente

Mais vous devez garder une volonté entière et totale car ce que vous décidez vous le faites en toute connaissance de cause et parce que vous prenez conscience que c'est bon pour votre être !

Après 3 semaines de suivis avec le programme LM Detox & Equilibre,  vous êtes à l'écoute de votre corps et des sensations qu'il vous envoie. Vous sentez quand vous êtes rassasiés , certains produits gras trop sucrés vous dégouttent presque.

C'est positif, et sans être alarmiste voici qui va vous convaincre un peu plus de l'intérêt que vous avez à conserver une alimentation saine et équilibrée à l'égard de la maladie et plus partiuclièrement des conséquences sur le cerveau.

Une des démonstrations les plus spec­taculaires en a été donnée en 2014 par un étudiant anglais de 23 ans du nom de Tom Spector. Celui-ci se livre en effet à une drôle d'expérience : il mange au MacDonald à chaque repas pendant dix jours. Il doit trou­ver un sujet pour valider son diplôme de génétique, et il s'agit pour lui de répondre à une question essentielle : un excès de junk food modifie-t-il la flore intestinale ? Heureusement pour Tom, l'expérience ne dure pas un mois, contrairement à Morgan Spurlock, car il commence à se sentir mal (léthargie, troubles du sommeil, mau­vaise digestion...) au bout de quelques jours. Et il a de la chance, les résultats sont spectaculaires : le régime « MacDo » lui a fait perdre un tiers des espèces bactériennes composant son microbiote intestinal ! Ce qui n'est pas anodin sur le plan médi­cal. En effet, on sait aujourd'hui qu'un tel bouleversement de la flore peut conduire à une inflammation gastro-intestinale qui aura, elle-même, des effets néfastes sur le cerveau. Comment ? En faisant chuter la production d'un neurotransmetteur, la sérotonine, qui a lieu à 90 % dans l'intestin. La sérotonine est remplacée par des com­posés neurotoxiques, synthétisés à partir du même précurseur (l'acide aminé tryp­tophane).

La preuve que pour un cerveau sain, il faut soigner l'intestin.